2011년 3월 19일 토요일

Dic: ne pas manquer

[A] Ne pas manquer. Être en grande quantité, être intense.

  • Le travail ne manque pas. Ce n'est pourtant pas l'envie qui manque (Vogüé, Morts, 1899, p. 338).
[B] Ne pas manquer de. Avoir beaucoup.
  • Je sais bien que l'appel à la force brutale ne manque pas d'amateurs (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 177). 
  • Je l'abattrai comme un pigeon (...). L'Agha ne manque pas d'ennemis... on en accusera plus d'un (Lenormand, Simoun, 1921, 7e tabl., p. 69).
[C] Manquer à/de + inf.
2. [À la forme négative] Faire sûrement (ce qui est indiqué par l'infinitif).
Ne pas manquer à (vieilli).
  • Je vais commander le thé. Depuis douze ans, Jacquotte n'a jamais manqué à venir me demander si j'en prenais, elle nous interromprait certainement (Balzac, Méd. camp., 1833, p. 193). 
  • Le docteur n'avait pas manqué à se faire avouer la cause de ce petit cri (Stendhal, Lamiel, 1842, p. 87). 
  • Je ne sais quoi de mystérieux, de providentiel m'interdit d'aspirer à cette femme (...). Je ne manque jamais à tenir compte de ces sortes de suggestions (Hermant, M. de Courpière, 1907, ii, 4, p. 16).
Ne pas manquer de.
  • Ah! petit drôle, se dit-il, tu ne manques jamais de me cajoler quand tu veux quelque chose! (Balzac, Méd. camp., 1833, p. 266). 
  • Colette n'avait pas manqué de remarquer le joli garçon et d'essayer sur lui l'effet de ses charmes (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1534). 
  • Si la revue te tombe entre les mains, ne manque pas d'y jeter les yeux (Duhamel, Maîtres, 1937, p. 135).
[Dans une formule de politesse]
  • Faites bien mes amitiés à madame Panneton. − Je n'y manquerai pas, chère madame (A. France, Bergeret, 1901, p. 274).
♦ [Le suj. désigne une chose]
  • Il attribua le décès à un cas d'apoplexie foudroyante, voulant éviter le scandale que n'aurait pas manqué de soulever l'aveu du suicide de M. de Viargue (Zola, M. Férat, 1868, p. 85). 
  • [Elle] éprouve presque un ennui colère de cette poursuite qui, toute respectueuse qu'elle est, ne manque pas d'être un peu compromettante (Goncourt, Journal, 1888, p. 769).

댓글 쓰기