2011년 3월 19일 토요일

Dic: coller (Emploi intrans.)

II.− Emploi intrans.
A.Être appliqué exactement, être en contact étroit avec quelque chose.
1. [En parlant d'une substance gluante et compacte] Adhérer à quelque choseTerre qui colle aux souliers; humidité qui colle aux moelles.

  • Poussière fine et gluante qui colle aux doigts (Green, Journal, 1947, p. 94). 
  • Les feuilles tombées collaient au sol gras des allées (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 116) : 
  • Dehors, un brouillard blanchâtre comme de la bave de limace se traîne lourdement et colle aux branches des sapins. (Cendrars, Moravagine, 1926, p. 181.)
2. P. ext.
a) (...)
ㅡ ♦ SP. (cyclisme). Coller à la roue. Suivre de très près son entraîneur ou un autre concurrent; ne pas se laisser distancer.
  • Cycliste qui colle à la motocyclette (Montherlant, Le Songe, 1922, p. 35) : 
  • Renaudin, extasié par un champion politique, « si bien en machine » et dont le style plaisait tant aux connaisseurs, rêve de « coller à sa roue » comme un cycliste à son entraîneur, ... (Barrès, Les Déracinés, 1897, p. 195.)
b) Au fig. (...)
− [En parlant d'une impression, d'un sentiment qui s'attache fortement à une pers., qui l'enveloppe entièrement]
  • Peur qui colle à la peau
  • pauvreté qui colle aux os
  • Angoisse qui colle à la chair (Samain, Le Chariot d'or, 1900, p. 151). 
  • Mais la sale injustice colle à nous comme de la glu (Camus, Les Justes, 1950, 5, p. 386)
− [En parlant d'un écrivain, d'une œuvre de l'esprit] Convenir, être en contact étroit avec, être fidèle à la pensée de.
  • Coller au réel, paroles qui collent à la pensée; coller aux habitudes
  • Coller au sujet (Du Bos, Journal, 1922, p. 122). 
  • Valéry, lui, colle étroitement à la vie (Gide, Journal, 1929, p. 930) :
  • ... je ne colle pas, je n'ai jamais pu parfaitement « coller » avec la réalité. Il n'y a même pas, à proprement parler, dédoublement qui fasse que, en moi, quelqu'un reste spectateur de celui qui agit. (Gide, Ainsi soit-il, 1951, p. 1226.)
B.− Populaire (...)

댓글 쓰기