2011년 2월 11일 금요일

Dic: quelques locutions avec trop

3. [Dans un cont. nég.]
a) Ne ... (pas/plus) ... trop ... + verbe. Pas très bien.

  • Je ne sais plus trop ce que j'imaginais au delà des bois (Gide, Si le grain, 1924, p. 395). 
  • Henriette faisait le modèle, des ménages, couchait chez l'un et chez l'autre, et devint, on ne sait trop comment, une des attractions de Montparnasse (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 101).
b) Ne ... (pas/plus) ... trop ... + adj. ou adv. Très.
  • Ah, monsieur, ce n'est pas trop tôt! (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 129). 
  • Sous des conditions qui ne soient point trop étrangères à la réalité (Perroux, Écon. XXe s., 1964, p. 151).
c) Ne ... que trop. Suffisamment, bien assezIl n'y en a que trop.
  • Hélas! je ne le sais que trop (Ménard, Rêv. païen, 1876, p. 175). 
  • − (...) Je parle en homme, humainement. − Je ne le sens que trop! (Bernanos, Joie, 1929, p. 698):
  • 1. Il n'est que trop vrai, monsieur, la conduite de la personne au sujet de laquelle vous me demandez toute la vérité a pu sembler inexplicable ou même honnête. (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 448.)

댓글 쓰기