2011년 2월 11일 금요일

Dic: gésine, en gésine

Vieilli. n.f.

A. − État d'une femme en mal d'enfantement. (= accouchement) Être en gésine. 
  • La gésine et la nursery ne sont pas l'affaire dominante de l'homme (AmielJournal, 1866, p. 365).
− En gésine. En couches. 
  • Ma femme en ce moment est en gésine, voilà trois fois, qu'à son grand crève-cœur, cette brave mère ne fait que des morts-nés (BorelChampavert, 1833, p. 31).

B. − P. métaph. et au fig. Action de créer. 
  • La gésine du monde venait de finir et nous allions enfin commencer de respirer (GuéhennoJournal « Révol. », 1937, p. 95) :
  • La peinture tragique que nous avons entreprise ne serait pas complète, le lecteur ne verrait pas dans leur relief exact et réel ces grandes minutes de gésine sociale et d'enfantement révolutionnaire où il y a de la convulsion mêlée à l'effort, si nous omettions, dans l'esquisse ébauchée ici, un incident plein d'une horreur épique et farouche qui survint presque aussitôt après le départ de Gavroche. (HugoMisér., t. 2, 1862, p. 343.)
− En gésine. 
  • La continuelle compagnie d'artistes (...) toujours en gésine de locutions inouïes et non encore essayées(LemaitreContemp., 1885, p. 169). 
  • Avec son visage ouvert d'homme d'action (...) son haut cerveau toujours en gésine, il n'avait jusque-là embrassé que le vide (ZolaTravail, t. 1, 1901, p. 14).

댓글 쓰기