2011년 1월 31일 월요일

Dic: portée (C. 2. γ)

C. 2. [Corresp. à porter1 2e section II]

a) [En empl. autonome, hors loc.] α) [Impliquant un mouvement]
[À propos d'une arme ou d'un projectile]

  • Capacité d'atteindre un but à une certaine distancedistance à laquelle le projectile peut atteindre son but
  • Portée de l'artillerie, d'un boulet, d'un canon, d'une fuséecanon, tir à longue portée; missile de portée intermédiaire; force nucléaire à courte portée.
γ) Au fig.
Vieilli. [À propos de qqn] Capacité de compréhension, intelligence.
  • En se hasardant ainsi, lui dit-il, un homme de votre portée ne doit pas se conduire comme un sot et marcher à tâtons, mais opérer hardiment (Balzac, C. Birotteau, 1837, p.81). 
  • Comme il ne faut rien dire qui dépasse la portée de cette portion de l'auditoire [les femmes], le cercle des discours est assez restreint (Renan, Avenir sc., 1890, p.526).
Portée d'entendement de qqn.
  • Il faut avoir une autre portée d'esprit que ce pauvre homme pour comprendre qu'il n'y a pas de mauvais livres (Bourget, Disciple, 1889, p.148).
− [À propos d'un fait, d'une action, du produit d'une action] Capacité de produire un effet, d'atteindre un objectif; effet, impact, influence.
  • Ces premières pages de M.Thiers sont d'un heureux augure (...) elles n'ont pas d'efforts, et elles ont de la portée (Sainte-Beuve, Portr. contemp., t.4, 1845, p.66). 
  • Oui, par cette simple phrase, Tharaud accorde tout à son adversaire et enlève beaucoup de portée aux objections si pertinentes qu'il lui adresse ailleurs (Mauriac, Journal 2, 1937, p.150).
♦ [Avec adj. spécifiant un degré] Portée considérable, exacte, indéfinie, infinie, profonde, réelle, supérieure, véritable, vraie; grande portée.
  • À la fin du XVIe siècle, le Caravage allait accomplir une révolution d'une portée incalculable (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p.147).
♦ [Avec adj. évoquant le domaine où s'exerce cette influence] Portée conceptuelle, économique, intellectuelle, logique, politique, scientifique; portée générale, universelle.
  • Nous nous sommes bornés à reconnaître la portée historique de la notion de grève générale (Sorel, Réflex. violence, 1908, p.51). 
  • Cette «mission d'une haute portée morale que les nations les plus avancées exercent au nom de l'humanité tout entière» (Nizan, Chiens garde, 1932, p.124). 
  • Je ne vois, dans votre règlement, qu'un texte sans portée pratique, tout juste bon à vous fournir les éléments d'une plaisanterie plus ou moins spirituelle (Audiberti, Quoat, 1946, 1er tabl., p.18).
♦ [Avec subst. introd. par de désignant le fait, l'action, le produit de l'action] Portée d'un acte, d'un conseil, d'écrits, d'une expérience, d'une faute, de mots, d'une observation.
  • Daudet s'étonne de la portée de ce volume sur les esprits, portée bien supérieure à celle des volumes déjà parus (Goncourt, Journal, 1894, p.576). 
  • C'est le grand fait social de l'heure actuelle et il faut chercher à en comprendre la portée (Sorel, Réflex. violence, 1908, p.95). 
  • Il y avait de la complaisance dans la voix de Nadine; elle ne mesurait sans doute pas la portée de ce qu'elle disait (Beauvoir, Mandarins, 1954, p.172).

댓글 쓰기