2011년 4월 23일 토요일

Dic: convenir (se mettre d'accord, reconnaître)

III.
A.− [Le suj. désigne une ou plusieurs pers.]
1. Convenir (ensemble) ou convenir avec qqn. Se mettre d'accord.
a) Convenir de + inf. ou convenir que + ind. (ou cond.) ou subj. Se mettre d'accord avec quelqu'un pour faire quelque chose ou sur une attitude à prendre.
  • Et même j'avais convenu avec lui, ajouta-t-il, qu'au besoin je remettrais de quelques jours mon départ (Gide, Faux-monn., 1925, p. 1131). 
  • Solange a dû vous dire que nous étions convenus que j'aie trois mois par an de vacances conjugales, où je partirais au loin, me détendre (Montherl., Démon bien, 1937, p. 1286) :
  • Comme la nuit s'approchoit, je lui proposai de s'arrêter à une maison que nous rencontrâmes à une lieue de la forêt; elle y consentit : nous convînmes qu'elle s'y reposeroit et y passeroit la nuit... (Mme de Genlis, Les Chevaliers du Cygne, t. 1, 1795, p. 174.)
b) Convenir de qqc. Se mettre d'accord sur quelque chose
  • Convenir du prix (de qqc.); convenir d'un rendez-vous, d'un signal
  • Durant tout ce temps, il fut encore question de la paix, mais l'on ne put convenir de rien de plus qu'une trève (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 176).
Rem. On rencontre ds la docum. des emplois passifs
  • Vous me permettrez de demander instamment à ce que cet arrangement d'intérêts soit parfaitement convenu (Balzac, Corresp., 1830, p. 459).
    ㅡ Cf. à ce sujet Colin 1971 : ,,Bien que convenir ne soit pas transitif direct, le passif est possible et correct.``
2. Convenir de qqc. ou convenir que + ind. Reconnaître, admettre quelque chose ou que. Convenir avec qqn de qqc. Être d'accord avec quelqu'un sur quelque chose
  • Être forcé de convenir, convenir volontiers de, convenir des faits. 
  • Qu'on le nie ou qu'on en convienne, Il n'est qu'un Paris sous les cieux (Pommier, Paris, 1866, p. 15). 
  • Au moment de se séparer d'elle, il ne pouvait se défendre d'une tristesse dont il n'eût jamais convenu (Mauriac, Th. Desqueyroux, 1927, p. 277) :
  • Je présume trop bien de votre bonne foi, pour douter un instant que vous hésitiez à convenir de votre méprise. (Lamennais, L'Avenir, 1830-31, p. 254.)

댓글 쓰기