2011년 3월 11일 금요일

Dic: un monstre sacré

c) P. exagér.
α) Personne qui surprend par quelque singularité.

  • Imagine un instant ce monstre: un imbécile assez intelligent pour comprendre nettement qu'il est bête (Gide, Faux-monn., 1925, p.1161).
Domaine du spectacle. Monstre du music-hall, de scène; monstre sacré. Comédien, comédienne dont la personnalité et le renom sont exceptionnels.
  • Le naturel de L. Guitry, de Réjane, était le naturel des planches, aussi en relief que les excès des monstres sacrés du drame: Sarah Bernhardt, Mounet-Sully, de Max (Cocteau, Parents, 1938, ii, p.181).
♦ P. anal., dans un autre domaine. Personnalité de premier plan, qui jouit d'une grande renommée.
  • Les monstres sacrés du cyclisme, de la politique, du rugby. 
  • Il éprouvait une répugnance secrète pour les monstres sacrés de sa bibliothèque (...), dont il tenait, au fond de soi, les livres pour des incongruités (Sartre, Mots, 1964, p.49): 
  • Il est vrai qu'elle [la mère Rampillon] a tous les droits, car elle a au moins cent ans. Elle était déjà un des monstres sacrés devant lesquels je refusais de m'incliner quand j'ai fait mes débuts dans le monde. (Proust, Sodome, 1922, p.685.)

댓글 쓰기