2011년 2월 28일 월요일

Dic: peser sur/contre, peser sur

A. Peser sur/contre
3. Au fig.
a) Exercer une influence, une pression morale. Peser sur la décision de qqn, sur l'opinion française.

  • Il y a des actes... des secrets... qui pèsent sur toute l'existence... qui imposent, pour toujours, la solitude du coeur... (Martin du G., Taciturne, 1932, ii, 13, p.1305). 
  • Puis-je avoir votre promesse solennelle, à vous aussi, que vous ne pèserez pas sur elle pour empêcher le divorce? (Montherl., Démon bien, 1937, p.1287):
  • Enfin, on ne fait appel en vous qu'au bon citoyen, à l'honnête homme. Personne ne songe à peser sur votre indépendance, et c'est pourquoi je répète que vous êtes le maître absolu de l'affaire, comme du reste l'a voulu la loi. (Zola, Bête hum., 1890, p.106.)
b) Constituer une présomption de culpabilité. Reproche qui pèse sur qqn.
  • Je me rends parfaitement compte des soupçons qui pèsent sur moi. Le juge d'instruction et M. Frédéric Larsan (...) ne sont pas loin de me croire coupable (G. Leroux, Myst. ch. jaune, 1907, p.101). 
  • Toutes les anciennes charges qui pesaient contre Dreyfus s'évanouissent à l'examen (Martin du G., J. Barois, 1913, p.413):
  • L'assassinat de la veuve Houssieu, qui avait ému toute la région, excitait encore la curiosité. Personne n'ignorait que des charges accablantes pesaient sur un garçon boucher de dix-neuf ans, nommé Lecoeur... (A. France, Orme, 1897, p.209.)
B.Peser sur
1. Faire sentir un poids, faire pression.
  • Fardeau qui pèse sur les épaules. Je soupçonnai qu'une lourde somnolence pesait sur mon esprit (A. France, Bonnard, 1881, p.352). 
  • De la lassitude pèse pourtant sur tous, les faces sont jaunies, les paupières rougies (Barbusse, Feu, 1916, p.252).
− En partic. Peser sur l'estomac. Être difficile à digérer.
  • On en était à manger un pain moitié seigle, moitié pomme de terre, qui pesait sur l'estomac comme une masse de plomb (Pourrat, Gaspard, 1930, p.57).
2. Au fig.
a) Donner une sensation d'oppression, d'étouffement.
  • Il y a dans le charme tahitien beaucoup de cette tristesse étrange qui pèse sur toutes ces îles d'Océanie (Loti, Mariage, 1882, p.67). 
  • Je restais là (...) entre ces murs rapprochés. Prisonnier dans ces murs comme dans les pensées, simples et horribles, que je ne pouvais chasser. J'aimais sentir ces murs peser sur moi (Vercors, Sil. mer, 1942, p.14):
  • Entre les solitudes sur lesquelles pèsent la stagnation des eaux et des marécages, l'immobilité des forêts de conifères et de bouleaux (...) la circulation des cours d'eau représente le mouvement et la vie... (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.190.)
− En partic. [À propos d'un regard]
  • Au bout d'un semestre, ma mère me retira du cours: on n'y travaillait guère et puis elle avait fini par se lasser de sentir peser sur elle le regard de ses voisines quand c'était mon tour d'être félicité (Sartre, Mots, 1964, p.65).
b) Donner une impression de gêne moraleAngoisse, inquiétude, remords, qui pèse sur la conscience, sur le coeur de qqn.
  • Il faut (...) nous délivrer de ce cauchemar Esterhazy-Dreyfus qui pèse si lourdement sur la conscience publique (Clemenceau, Iniquité, 1899, p.431).
c) Constituer une menace.
  • Elle était restée trois jours avec lui, trois jours de fête sur lesquelles pesait un après bien sombre, autant dire trois jours de grâce (Loti, Pêch. Isl., 1886, p.112). 
  • À quoi distingue-t-on les êtres sur lesquels va peser un événement très grave? (Maeterl., Trésor humbles, 1896, p.50).
− En partic. Constituer une charge pénible. Responsabilité qui pèse sur qqn.
  • Les forces d'écrasement qui pèsent sur les prolétaires (Jaurès, Ét. soc., 1901, p.lxv).
Impôts qui pèsent sur qqn; hypothèques qui pèsent sur une propriété.
  • Ils étaient (...) soustraits aux lourdes charges qui pesaient sur le serf. On les voit exemptés de tailles et de corvées (Faral, Vie temps st Louis, 1942, p.55).

댓글 쓰기