2011년 2월 25일 금요일

Dic: bonne foi, mauvaise foi

2.b) Spéc. Fidélité aux exigences de l'honnêteté.


Bonne foi. Qualité d'une personne qui a la conviction de se comporter loyalement.

  • Protester de sa bonne foi, s'en remettre à la bonne foi de qqn. Il a mis une parfaite bonne foi dans toute cette affaire; tout homme de bonne foi conviendra que... (Ac.) :
  • Avec l'enfantine bonne foi du savant, le pasteur avait fait des plis aux pages où Jean Wier rapportait des preuves authentiques qui prouvaient la possibilité des événements arrivés la veille... (Balzac, Séraphita, 1835, p. 304.)
Mauvaise foi. Absence de sincérité, de franchise, de loyauté dans les intentions, dans la manière d'agir.
  • Être de mauvaise foi. Une histoire altérée par l'ignorance ou la mauvaise foi; c'est mauvaise foi de votre part (Ac.). 
  • Et ma mère se plaignait, non sans mauvaise foi : − Grands dieux! Minet-Chéri, tu ne vas pas me traîner au Supplice d'une femme? (Colette, Mais. Cl., 1922, p. 131) :
  • Ce n'est pas tout de mentir. On doit mentir efficacement. On doit mentir aussi élégamment. Hélas, que d'obligations imposées aux pauvres mortels! Il faut être dans la mauvaise foi comme un poisson dans l'eau. (Montherl., Reine morte, 1942, II, 1er tabl., 1, p. 167.)

댓글 쓰기