2011년 1월 25일 화요일

Dic: (avoir) droit de cité

Droit de cité. Jouissance de tous les droits de citoyen, de membre d'une cité, avec les privilèges qui en découlent :

  • Dans les républiques de l'Antiquité, la petitesse du territoire faisait que chaque citoyen avait politiquement une grande importance personnelle. L'exercice des droits de cité constituait l'occupation et pour ainsi dire l'amusement de tous. Le peuple entier concourait à la confection des lois, prononçait les jugements, décidait de la guerre et de la paix. Constant, De l'Esprit de conquête, 1813, p. 204.
Ell. La cité.
  • En accordant la cité à la plupart des Italiens, Rome ne terminait pas la guerre; elle l'introduisait dans ses murs (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 173).
− P. ext. Jouissance des droits politiques suivant les lois du pays (cf. G. Lefebvre, La Révolution fr., 1963, p. 499).

− Au fig. Droit d'admission dans un domaine.
  • ... avoir donné droit de cité si égal à chacun de tous mes désirs, les avoir si semblablement accueillis, que tous à présent, à la même heure, prétendent à la première place. Gide, Feuillets, 1893, p. 47.

Avoir droit de cité: avoir le droit d'être admis dans un certain domaine:
  • Les archaïsmes ont droit de cité en poésie.

댓글 쓰기