2011년 3월 22일 화요일

Dic: engloutir (qq exem.)

1. Avaler avec avidité par excès de gourmandise.
2. Au fig. Consommer, dépenser pour en jouir, avec une rapidité excessive (une somme d'argent, etc.). Engloutir de l'argent, un héritage, sa fortune :

  • Il [Saccard] vivait sur la dette, parmi un peuple de créanciers qui engloutissaient au jour le jour les bénéfices scandaleux qu'il réalisait dans certaines affaires. (Zola, La Curée, 1872, p. 463.)
− Emploi pronom. à sens passif.
  • Que de fortunes sont venues s'engloutir à la bourse (Boyard, Bourse et spécul., 1853, p. 399). 
  • Il [Eugène] s'engageait à se marier et à délaisser le « panier fleuri » où, pendant les dernières années du père, tout l'argent d'Eugène s'engloutissait (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 14).
B.− P. anal. [Le suj. désigne une chose] Faire disparaître totalement et de façon soudaineL'océan, la forêt, la neige engloutit qqc. ou qqn.
  • Bien plus redoutable que le glacier, est la mobile avalanche qui peut, en quelques secondes, engloutir tout un village (Michelet, Chemins Europe, 1874, p. 395). 
  • De grands nuages voyageurs, par intervalles, engloutissaient puis dégageaient le croissant de lune (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 361).
♦ Emploi pronom. à sens passif. Disparaître, sombrer. S'engloutir dans un abîme, une fosse, un gouffre.
  • Soudain le toit tout entier s'engloutit entre les murs, et un volcan de flammes jaillit jusqu'au ciel (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Horla, 1886, p. 1123). 
  • Les vols, en accents circonflexes, des mouettes gris perle, montaient s'engloutir dans ces ténèbres blafardes (Hamp., Marée, 1908, p. 9).

댓글 쓰기