2011년 1월 26일 수요일

Dic: Verbe + que(conj. sub.)

Rem.

L'ind. est empl. quand ce qui est dit est affecté au domaine du probable ou du certain, notamment après les verbes ou les loc. d'affirm. à la forme positive (croire, dire, il me semble, il est clair que):

  • − On arme le peuple!
    − Nous aussi? demanda le Négus.
    − Je te dis qu'on arme le peuple! (Malraux, Espoir, 1937, p. 447). 
Dès lors que la sub. est vérifiée seulement dans un monde possible, c'est le subj. qui l'emporte:
  • Il semble qu'elle soit là comme ces jeunes bêtes que le chasseur attache et abandonne dans les ténèbres pour attirer les fauves (Mauriac, Nœud vip., 1932, p. 161). 
Il en est ainsi notamment après les verbes exprimant le doute, la crainte, le souhait ou la volonté:
  • Je doute qu'il soit possible de récupérer plus de la moitié des armes (Malraux, Cond. hum., 1933, p. 273).
  • Ils craignaient que ne comptassent guère les conditions de la reddition pour ceux qui les reconnaîtraient personnellement (Id., Espoir, 1937, p. 558). 
Le subj. s'impose aussi, même si le fait est certain, chaque fois que la princ. met au premier plan les réactions du suj. (domaine de l'appréciation):
  • Je regrette qu'il soit venu laisse entendre qu'il est effectivement venu, mais suggère aussi, en raison même du sentiment qui s'exprime, qu'il aurait pu se faire qu'il ne vienne pas.
β) [Empl. seul, introduisant une temporelle dans des systèmes exprimant la simultanéité ou la postériorité]
− [Précédé d'une phrase nég.] Que ne + verbe au subj. Avant que, tant que.
  • Roland, dans son cercle étroit de chevalerie, courait après Angélique; les conquérants de première race poursuivent une plus haute souveraine: point de repos pour eux qu'ils n'aient pressé dans leurs bras cette divinité couronnée de tours, épouse du Temps, fille du Ciel et mère des dieux (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 425). 
  • Je n'aurais point de repos que je n'aie contemplé une chose si merveilleuse (A. France, Thaïs, 1890, p. 270).
(...)

댓글 쓰기